Comment gagner des millions...marché des cantines scolaires

Agriculture, nucléaire, politique environnementale...
Ces inventions et autres transformations qui permettent d'avoir un monde à la fois moderne et écolo.
Emissions télé, radio, livre et autres, venez nous faire part de vos rdv, de vos avis etc...

Comment gagner des millions...marché des cantines scolaires

Messagede Philippe Durrèche le Ven Mar 26, 2010 5:00 pm

COMMENT GAGNER DES MILLIONS..... LE MARCHE DES CANTINES SCOLAIRES

Il n’existe pas de petits profits. L’appât du gain aussi malhonnête soit-il est pourtant légion dans nos sociétés. Nous allons nous pencher sur un sujet aussi délicat que tabou, celui des cantines scolaires. Découvrons comment ces marchés juteux sont attribués à des prestataires de service par les municipalités, quels en sont les enjeux et les contre-parties financières!

Dans les assiettes: une portion de corruption

La corruption reste une affaire très rentable dans les marchés publics. Les cantines scolaires ne se placent pas trop mal, merci pour elles.
Dans l’indice établi par l’ONG « Transparency International », - l’échelle de Richter de la corruption en quelque sorte -, la France en 2008 arrive au 23ème rang, derrière Sainte-Lucie et La Barbade. Belle performance en baisse par rapport à 2007 ! Comme pour illustrer cette bien vilaine image, une Dépêche de l’Éducation datée du 14 janvier 2010 nous apprend qu’une ville de l’ouest parisien – dirigée depuis les dernières élections par un maire socialiste – s’est portée partie civile dans un procès qui se tiendra au tribunal correctionnel de Nanterre en avril 2010, procès destiné à juger un dirigeant d’une importante société de restauration collective, le Directeur Général de ladite ville du temps où celle-ci était dirigée par un maire UMP et le conseil en restauration de la ville, dans le cadre d’un trafic d’influence présumé.

Un fonctionnement occulte pourtant bien rodé!


Le système est rudimentaire : un expert est missionné par la ville pour l’aider à attribuer un marché complexe (dans notre cas, de restauration collective, mais c’est valable dans tous les secteurs d’activité). Le pacte de corruption se noue quand le conseil et le maire sont dépendants du restau¬rateur : l’expert est là pour « habiller » la décision de la ville de lui attribuer le marché. C’est simple et ça ne laisse pas de traces, si ce n’est celles des concurrents lésés : les concurrents du conseil et ceux du restaurateur. Et l’appauvrissement des collectivités et des usagers bien sûr.

Car l’enjeu est énorme : la restauration de la ville en question, c’est 10.000 repas par jour, par 150 jours par an, par 7 ans de durée du marché, c’est à dire 10 millions de repas. A 4 euros le repas au bas mot (le prix n’est pas connu), cela fait tout de même un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros, soit, à un taux de marge de 10 %, une belle marge de 4 millions d’euros garantie. Une belle part de gâteau…

Or, le prix à payer est dérisoire : ici, quelques imprimés électoraux payés par le restaurateur ou, dans le cas précis, quelques milliers de timbres offerts et deux-trois dîners pour Monsieur et Madame ; là, le marché donné par la ville suffit à rétribuer le conseil ou, si cela ne suffit pas, quelques missions fictives. Ces pratiques sont minables et ne représentent que quelques miettes par rapport au pactole.

Un triste constat d’échec pour quel avenir?


Selon notre avis, c’est plus de 50 % des marchés qui sont ainsi attribués, dans tous les secteurs d’activités. Mais si, braves gens, vous pensez que la solution est de supprimer le prestataire privé en reprenant le service en régie - on appelle cela la gestion directe -, ça ne marche pas : dans la restau¬ration, il restera encore des marchés (de denrées alimentaires) et encore des conseils pour aider (à attribuer à d’autres copains) et comme les four¬nisseurs de denrées alimentaires procèdent avec les maires et les conseils comme les restaurateurs, ceci ne règle rien, hélas.

Alors, existe-t-il une solution, à part la mise à mort des corrompus comme en Chine ? Pour les maires et les fonctionnaires, les sanctions existent déjà : prison ferme, amende lourde et privation possible de mandats et de droits civiques. On voit les limites ! Mais le problème, c’est l’alerte et, pour cela, on pourrait utilement modifier l’article 40 du code de procédure pénale dans la mesure où l’obligation pour un fonctionnaire de dénoncer toute malversation qu’il aurait à connaître n’est assortie d’aucune sanction. Quant aux restaurateur et son conseil « croupion », on pourrait penser à une interdiction de soumissionner à tout marché public pour une durée à laisser à l’estimation du juge ou à une obligation de mentionner la condamnation dans les documents de candidature durant un temps aussi à définir.

Cynique conclusion

On observera pour conclure qu’il a fallu la dénonciation d’un concurrent pour que l’affaire soit mise à jour. Mais pour une affaire dénoncée, combien restent enfouies ? Car les preuves ne sont pas toujours évidentes à trouver.
Philippe Durrèche
Nouvel(le) arrivant(e)
 
Messages: 1
Inscription: Ven Mar 26, 2010 4:58 pm

Re: Comment gagner des millions...marché des cantines scolaires

Messagede c1dyx le Ven Mar 26, 2010 5:39 pm

euh, bah bonjour phililppe... :?
quoi dire, sacré post pour une première... :?
un petit tour par la case présentation qu'on puisse un peu mieux te connaitre, merci :)
"Bientot quand on se mettra à table, au lieu de se souhaiter bon appétit, il faudra se souhaiter bonne chance..."(Solutions globales pour un désordre local, de C. Serraut)
Avatar de l’utilisateur
c1dyx
Faites un zeste...
 
Messages: 832
Inscription: Ven Juil 17, 2009 12:58 pm
Localisation: essonne


Retourner vers Les grands débats, technologies pro-bio et le bio dans les médias.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités