Pour ne pas soumettre son corps aux substances chimiques contenues dans les savons de toilette actuels, fabriquer soi-même son savon bio est la solution. Si vous ne savez pas comment procéder, trouvez ci-après le processus de fabrication du savon ainsi que les ingrédients et le matériel nécessaire pour cela.

Pourquoi fabriquer soi-même son savon bio ?

Plusieurs raisons vous incitent à fabriquer vous-même votre savon pour le corps ou votre shampoing naturel. La plupart de ceux qu’on trouve sur le marché actuel provoquent en effet des irritations et des allergies. Cela est dû au nombre de substances chimiques, dont des additifs et des adjuvants agressifs, qu’ils contiennent. D’autres sont même à l’origine de nombreuses affections cutanées et en dépit des traitements médicaux pour les guérir, leurs symptômes subsistent.

C’est pourquoi le meilleur moyen de pallier de telles situations est de changer entièrement de produits cosmétiques et n’utiliser que ceux à base d’ingrédients naturels. Cela veut dire, ne se servir que du savon fait main avec des ingrédients issus de l’agriculture biologique comme des huiles végétales par exemple. Ainsi, ceux qui ont la peau sensible ne risquent plus de voir apparaître sur leurs corps des rougeurs provoquées par le produit avec lequel ils se lavent quotidiennement. Quel que soit aussi leur type de peau, ils peuvent utiliser des savons artisanaux biologiques, car ceux-ci sont expressément riches en corps gras et en matières premières végétales.

D’autre part, l’usage d’un savon végétal vous permet aussi de faire un bon geste pour l’environnement. Les eaux usées des canalisations ne risquent pas de perturber l’environnement des lieux où elles sont évacuées. Vous faites de même quand vous vous servez de savons biologiques pour laver les objets utilisés au quotidien. C’est notamment le cas pour la lessive, la vaisselle, le lavage de voitures, le nettoyage de la salle de bain et des toilettes, etc. Toutes ces raisons font que l’usage de savons naturels et écologiques doit être privilégié par rapport aux autres, tant pour votre santé que pour l’environnement.

Les ingrédients à utiliser pour faire son savon bio

En fabriquant votre propre savon bio, vous connaissez exactement ce qu’il contient, donc, ce avec quoi vous vous laviez tous les jours. Ainsi, supprimez-y tous les produits chimiques ou les parfums indésirables que vous ne supportez pas. À la place, utilisez de l’huile essentielle, tant bien pour leur fragrance que pour leurs vertus. On en cite l’huile essentielle de rose, de lavande, de menthe, d’eucalyptus, de citron, d’orange, etc. Vous pouvez même ajouter dans votre mélange une feuille finement ciselée de la plante ou le zeste du fruit utilisé pour raviver encore plus son parfum.

Avant de fabriquer votre savon bio, procurez-vous les ingrédients nécessaires. En premier, vous aurez besoin d’eau distillée ou d’eau de source et de la soude ou de l’hydroxyde de sodium à 100 %. On vend généralement cette dernière dans les quincailleries ou dans les maisons de bricolage. Procurez-vous aussi du beurre de karité, de l’huile d’olive ou encore de l’huile de noix de coco ou de ricin selon votre goût. N’oubliez pas l’huile essentielle qui va lui donner le parfum que vous affectionnez tant.

Le matériel nécessaire pour la fabrication de votre savon bio

Côté matériel, munissez-vous de lunettes de protection, de gants, d’un masque de protection, d’une chemise à manches longues et de pantalon pour vous protéger. Sachez en effet que la soude peut irriter et brûler votre peau si jamais elle entre en contact avec. Une tenue adéquate vous protège ainsi des éclaboussures durant les étapes de saponification à froid de votre savon bio. Par la même occasion, éloignez les enfants et les animaux domestiques de la salle dans laquelle vous travaillez. Que cela ne vous fasse pourtant par craindre pour l’usage de votre savon, car l’acidité de la soude sera neutralisée par les huiles végétales utilisées dans sa composition. Vous pouvez également enduire d’huile les parties non protégées de votre corps. Celle-ci va servir de barrière visqueuse ou de protection physique, la soude qui entrera en contact avec elle aura tendance à se transformer en savon.

Vous aurez aussi besoin d’une balance de cuisine pour doser très précisément les ingrédients. Cette recette pour 1 kg de savon nécessite en effet :

  • 302 g d’eau de source,
  • 450 g d’huile d’olive bio,
  • 250 g d’huile de noix de coco bio,
  • 100 g d’huile de tournesol bio,
  • 108 g de soude ,
  • 40 gouttes d’huile essentielle bio.

Un grand bol en verre pyrex, en céramique, en inox ou en plastique qui résiste à la chaleur est également requis. L’usage d’ustensiles en aluminium, en zinc ou en étain est proscrit, car ils peuvent réagir avec la soude. Il vous faut aussi un thermomètre de cuisine qui peut aller jusqu’à 100 °C, 2 spatules et un mixeur plongeant. Préparez également un ou plusieurs moules en silicone, un grand couteau sans dent et un torchon. Un film plastique, du papier journal et du vinaigre blanc pour neutraliser l’effet corrosif de la soude sur les environnants complètent la liste.

Les étapes de la saponification à froid

En suivant méticuleusement les différentes étapes de saponification à froid de votre savon bio, vous ne devrez pas rencontrer de problème.

La préparation

Commencez par aérer votre atelier pour que les gaz toxiques issus des réactions chimiques de la recette s’échappent facilement. Protégez ensuite votre plan de travail en le recouvrant de papier journal. Graissez votre moule si besoin est ou tapissez-le de papier sulfurisé. Préparez ensuit vos ingrédients en les pesant un à un pour en obtenir la quantité souhaitée. Enfilez enfin votre tenue de protection dont les gants pour vous protéger les mains et le masque de protection pour couvrir votre nez.

La composition

Versez dans le récipient en verre l’eau distillée ou de source. Ajoutez-y petit à petit la soude (le contraire est déconseillé) et mélangez avec une spatule jusqu’à complète dissolution en évitant de respirer les vapeurs de la réaction chimique. Cette dernière entraîne également une élévation automatique de température, jusqu’à 93 °C du mélange, la raison de faire attention pour ne pas s’éclabousser avec. Il faut ainsi le laisser se refroidir, 20 bonnes minutes lui sont nécessaires pour descendre à 46 °C.

Entre temps, faites fondre les huiles végétales pour les rendre liquides. Il ne faut toutefois pas qu’elles deviennent trop chaudes, la différence de température entre elles et le mélange eau-soude doit être de 6 °C maximum. L’idéal est que les deux se situent entre 35 et 40 °C avant d’être mélangés. Incorporez ensuite lentement dans le mélange eau-soude les huiles tout en remuant constamment. Comme dit plus haut, la température de ce mélange peut aussi s’élever à ce moment, la raison de faire très attention.

ajouter les huiles végétales dans le mélange de savon

Afin d’en obtenir une consistance comme celle d’une mayonnaise ou d’une crème pâtissière, n’hésitez pas à fouetter le mélange obtenu avec un mixeur. Cela ne vous prendrait ainsi que quelques minutes au lieu d’une heure. Arrêtez de fouetter quand des filets de la pâte laissent une légère trace à sa surface avant d’être absorbés. C’est l’étape de la fameuse « trace », l’instant où la pâte à savon a atteint la consistance requise avant d’être coulée.

blender pour mélanger le savon

Ajoutez ensuite l’huile essentielle de votre choix tout en mélangeant avec la spatule. Faites de même pour les feuilles ou les zestes finement râpés ou ciselés de plantes ou de fruits aromatiques. Vous pouvez même y ajouter un peu de lait ou de la cire d’abeille.

Huile essentielle dans la fabrication du savon bio

Ceci fait, versez la pâte obtenue dans le moule préalablement enduit d’huile ou couvert de papier sulfurisé. Recouvrez ensuite avec le film plastique en faisant en sorte que celui-ci touche la pâte. Mettez au-dessus quelque chose de consistant comme un livre par exemple en faisant bien attention que celui-ci se repose sur les bords du moule. Laissez ensuite se reposer 48 heures, le temps au savon de bien durcir.

moulage du savon

Le démoulage et la cure

Une fois les 2 jours passés, le savon d’origine naturelle doit être bien solide. Toujours muni de gants, démoulez-le et découpez-le en barres avec le couteau sans dents. S’il reste compact, c’est qu’il a parfaitement pris. Dans le cas contraire, c’est-à-dire, s’il s’effrite, il faut le jeter, car il ne peut pas être utilisé sur la peau.

Placez ensuite les barres dans un endroit aéré et tempéré. Pendant cette étape de maturation, il faut garder les savons hors de portée des enfants et des animaux pour éviter les risques de brûlure ou d’intoxication. Tournez-les toutes les 3 ou 4 semaines afin qu’elles soient bien sèches et au bout de 3 mois, toute la famille peut les utiliser. Ce temps d’attente est nécessaire pour rendre complètement nulle l’acidité de la soude. Au bout de cette période appelée « cure », le pH de votre savon dont normalement être compris entre 9 et 11.

Quand vous nettoyez votre plan de travail et vos matériels, portez toujours vos gants et vos lunettes de protection pour éviter les brûlures. Si normalement, les matériels utilisés doivent être uniquement dédiés à cet usage, on peut s’en servir à d’autres fins après les avoir soigneusement lavés. Pour cela, attendez un jour, car ils contiennent encore du corps gras en grande quantité. Le lendemain, trempez-les d’abord un moment dans un bain d’eau chaude très vinaigrée avant de les nettoyer avec du liquide vaisselle et une éponge.