Si les choses sont assez claires dans le domaine de l’alimentation bio, on ne peut pas dire autant pour les produits cosmétiques. Avec la diversité des ingrédients, labels, appellations et même des réglementations, c’est plutôt difficile de s’y trouver.
La question qui se pose alors est : comment reconnaître un cosmétique bio ?

Qu’est-ce qu’un produit cosmétique bio ?

Un cosmétique naturel est-il bio ? Pas forcément. Un cosmétique certifié bio est-il vraiment et entièrement biologique ? Ce n’est pas donné non plus. C’est quoi donc exactement un cosmétique bio ?

Il ne contient pas d’ingrédients nocifs

Les cosmétiques bio doivent répondre à des critères assez stricts. Tout d’abord, ils ne doivent pas contenir de produits néfastes pour la santé et pour l’environnement. Il s’agit notamment des OGM, des dérivés du pétrole, des ingrédients synthétiques issus de la chimie lourde, des silicones, des parfums et colorants de synthèse, de parabènes, de nanoparticules, de phénoxyéthanol, de PEG (Polyéthylène glycol), des matières éthoxylées et des ingrédients provenant des animaux (sauf ceux provenant d’une manière naturelle comme le miel et le lait).

Il présente un certain pourcentage d’ingrédients biologiques

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, un cosmétique bio ne contient pas seulement des ingrédients bio. Ce n’est d’ailleurs pas possible !
En effet, certaines matières, bien que naturelles, ne peuvent pas être certifiées bio puisqu’elles ne sont pas issues de l’agriculture. C’est le cas notamment de l’argile et de l’eau qui sont parfois la composante dominante du cosmétique.
Certains composants non-bio sont parfois indispensables dans le cosmétique. C’est le cas pour les tensio-actifs nécessaires pour homogénéiser et stabiliser les solutions eau/corps gras (et pour créer la mousse) et pour les conservateurs dans les cosmétiques à base d’eau. Ces composants peuvent être chimiques ou d’origine naturelle, mais traités chimiquement par la suite.
Pour ces raisons, et selon la réglementation française, un cosmétique est dit bio si 95% minimum des ingrédients végétaux sont issus de l’agriculture biologique, et 10% minimum du produit fini (total des ingrédients) l’est aussi. C’est ce qu’impose le label Ecocert adopté en France.

Il porte un label Bio

Le label bio, donné par un organisme indépendant, vous permet d’identifier les cosmétiques dits « biologiques ». Le problème est qu’il existe plusieurs labels aux critères variés et plus ou moins stricts. En plus du label Ecocert cité en haut, il y a :
Le label français Cosmebio qui est similaire en termes d’exigences, en plus d’encourager le développement durable.
Le label allemand BDIH qui limite l’utilisation des substances dangereuses et interdit les tests sur les animaux.
Le label britannique Soil Association qui interdit en plus les ingrédients issus de la cueillette sauvage d’espèces en voie d’extinction.
Natrue, USDA Organic, ICEA, Cosmos Organic (créé en association de différents labels européens) et Nature & Progres. Ce dernier est le plus stricte, exigeant que 95% minimum des ingrédients soient naturels et que 100% des ingrédients d’origine naturelle soient biologiques. On ne peut l’obtenir que sur peu de cosmétiques.

Notons pour finir que l’aspect biologique doit être respecté également au niveau de l’emballage. Ainsi, un cosmétique bio doit avoir un emballage recyclable ou biodégradable.